Histoire de la ferme Port Aubry dans le Niervre (58)

La ferme du Port Aubry, n'est pas née de la dernière pluie...!

Cette fermette et ses Crottins de Chavignols existent depuis 1982, mais les Chavignols étaient fabriqués depuis toujours dans ce hameau puisque hormis le Domaine, toutes les maisons alentours possédaient de 2 à 6 chèvres. Elles étaient logées dans des "Tés aux chieuves". On peut encore en apercevoir deux au Port Aubry. Abris de fortune en bois ou fagots, on y rentrait courbé pour aller traire les "chieuves" deux fois par jour.

L’histoire de la ferme

C'est donc depuis les années 80, qu'Emmanuel, Marguerite, Bernard et de nombreuses personnes, travaillent et font évoluer cette petite ferme nivernaise.
Ils vous accueillent depuis plus de 25 ans et vous offrent ses produits et bonheurs simples.

Le grand père Ernest Melet était...

Le grand père Ernest Melet était originaire de la région percheronne. Il remarqua cette ferme abandonnée lors de sa mobilisation pour la guerre de 40. D'esprit entreprenant, il quitta sa petite ferme pour reprendre le " Domaine de Port-Aubry". Certains se souviennent de son tempérament volontaire lorsqu'il jetait son chapeau à terre et le piétinait sous prétexte que les choses n'allaient pas à son gré. Beaucoup de Cosnois se souviennent encore d'avoir ramassé des pommes de terre dans le domaine, alors "champ d'aviation" provisoire. Ils se souviennent d'une année si pluvieuse qu'il a fallu utiliser des rails (que l'on peut encore voir près du bâtiment des chèvres) et des wagonnets pour la récolte.

Déjà il produisait du lait de vache qu'il vendait à la ferme, remplissant les "laitières" que lui amenaient les cosnois. Au début, il ne faisait pas de fromages, tellement le lait frais était demandé. Plus tard, après s'être essayé à la culture de la menthe pour l'industrie des essences, puis le maïs ou les betteraves, il implanta une épicerie au lieu dit la Licotte (nom donné à une toute petite ferme située à l'emplacement actuel de la pharmacie St Laurent). Là, il vendit son lait mais aussi de la crème, des gâteaux… "Ma grand-mère Odette était d'un courage sans faille, passant de la traite à la préparation des repas pour l'ensemble des employés, sans compter ses huit enfants. Le grand père qui faisait aussi le maquignon n'hésitait pas à dire à sa femme : je t'ai ramené deux invités qui ont faim t'as bien une soupe et du civet pour eux".

histoire de la ferme
  • En 1976, Emmanuel Melet a repris en location le domaine qui avait bien diminué de surface par l'implantation de la zone industrielle.
  • En 1980, Les vingt quatre premières chevrettes sont arrivées à la ferme.
  • En 1981, c'est la première traite et les premiers conseils d'Hélène Maillot " j'ai eu le sentiment d'avoir réussi à faire les fromages lorsque Madame Maillot est venue me chercher du petit lait "(ou sérum) pour recommencer les fabrications en 1984 (car de la qualité du petit lait issu des fabrications précédentes dépendait la qualité des fabrications suivantes!).
  • En 1982, Emmanuel et Marguerite font leurs premiers marchés à la ville de Cosne, ce qui n'était pas toujours évident puisqu'il fallait faire la traite plus tôt pour pouvoir partir s'installer sur le marché ; Mais l'ambiance fraternelle entre forains était formidable, Joël leur donnait toujours un bouquet de fleurs en fin de marché et la dame des pizzas gardait Fabien (1 an) qui finissait dans les cartons de brioches, au chaud, pendant l'hiver.
  • En 1983, arrivent les premiers revendeurs comme Mme Bruyère puis la Tradition Fromagère à Rungis (grande et célèbre zone de grossistes au sud de Paris).
  • En 1984, Bernard Robin beau frère d'Emmanuel, et André Melet son père, s'associent ; l'élevage des chèvres augmente progressivement jusqu'à 400 chèvres laitières.
  • En 1993, la fromagerie est finalement devenue trop petite et a donc été transformée.
  • En 1998, C'est l'année des premières journées portes ouvertes de la ferme, avec l'organisation d'activités pour petits et grands et de découvertes en tous genres.
  • En 2000, l'installation du séchage de foin en grange permet de conserver plus facilement le foin des chèvres, en gardant toutes ses qualités nutritives.
Gîte dans le nièvre, Histoire Gîte dans le nièvre, Histoire Gîte dans le nièvre, Histoire

L'été, Un cinéma en plein air est installé avec l'organisation Cinésite, pour le bonheur de tous, projetant le film Farrebique (hymne ancien à la paysannerie et à la nature, qui fut récompensé en 1945 au festival de Canne). La journée fut mémorable avec un orage non des moindres, et 450 convives venus manger le boudin de M Goulier, regarder les publicités des années 50 prêtées par le cinéma de Cosne sur Loire, et découvrir les plaisir simples de la ferme. C'est sous la lumière des bougies que tout le monde a regagné son foyer.

Gîte dans le nièvre, Histoire Gîte dans le nièvre, Histoire Gîte dans le nièvre, Histoire
  • En 2001, pour les portes ouvertes estivales de la ferme du Port Aubry, la venue de Franck Alamo : Biche, oh ma biche ; Da dou ron ron... fût un moment teinté d'émotion.
  • En 2003, une guinguette éphémère ouvrit ses portes dans la Nièvre et fit danser bon nombre de visiteurs : la Guinguette du Port Aubry. L'installation d'un manège de 1947 à la ferme ravit les petits et les grands nostalgiques de ces vieux manèges.
Gîte dans le nièvre, Histoire Gîte dans le nièvre, Histoire Gîte dans le nièvre, Histoire
  • En 2007, la ferme du Port Aubry installe une nouvelle machine à traire, que vous pouvez venir découvrir tous les jours de l'année. Les chèvres seront ravies de vous manger dans la main..!

Aujourd'hui, le nombre de chèvres est stabilisé 400 et nous accueillons plus de 70 000 visiteurs par an. La ferme emploie 7 personnes et produit 300 000 Crottins de Chavignol chaque année, sans compter les Cosnes, bûches, chèvr'ail...

Crotins de Chavignol, pour le bonheur de vos papilles